archives à la une    [ date ] / [ genre ] / [ auteur ]

à la une

David Ohle / Motorman

Motorman
Roman / Collection Literature
144 pages / 140x205 mm
Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Nicolas Richard
Introduction de Ben Marcus

[ en savoir plus ]

Dossier de presse

Chronic’Art, Olivier Lamm
Lire l’article

Pages, Caroline Berthelot
Lire l’article

Unwalkers Blog
Lire en ligne

Livres Hebdo, Al. Fillon
Lire l’article

Paludes_Radio Campus Lille, Nikola Delescluse
Ecouter en en ligne

Article d’Etienne Ducroc à paraître dans Technikart en Octobre

Les réactions des libraires

« Un éclair, et une syncope dans le ciel des Lettres américaines. Un texte unique, une perle, des mots alchimiques. [...]
Au gré de néologismes en cascade, de sentences nominales effrénées rythmant cette Fuite, David Ohle, auteur culte aux États-Unis et méconnu en France,déploie sous nos yeux une nouvelle cartographie du temps et de l’espace,un nouvel art d’écrire, un nouvel art de lire... Emballements et catatonies, ses mots et ses phrases, magnifiés par la traduction de Nicolas Richard, restent en l’air, comme imprimés sur nos pupilles, comme des nouvelles grilles de lecture artistiques.
Ce livre reste, après Kafka, après Chandler, après les toiles d’Escher, et vous entraîne en territoire dangereux...
Venez, fuyez et papillonnez...
Vous en êtes, il est en vous...
Fuyez… »
Hélie Valat, Arbre à lettres République

« Ce livre est un OVNI. La réinvention d’une langue, d’un monde, hostile et délétère. Un grand livre écrit par David Ohle dans les années 1970 et qui nous arrive enfin en France, il était temps ! La traduction est un bijou. »
Sophie Quetteville, Le genre urbain

« C’est captivant ! L’imaginaire poétique et largement déjanté dont ce texte est tout entier enveloppé est une bénédiction ! Quelque part entre Boris Vian et Philippe K. Dick, David Ohle, qui fut l’assistant de Burroughs, nous offre une perle rare. »
Caroline Berthelot, Librairie La femme renard

« Gelée de science-fiction à la sauce radioactive, avec des vrais morceaux d’humour et de poésie, cuisinée avec une fougue singulièrement militaire et scientifique... Je ne saurais que trop conseiller Motorman, puisque c’est de loin le meilleur ouvrage de littérature et le plus surprenant que j’ai pu lire ces derniers temps. »
Noémie Sentenac, Librairie Appel