Olivier Saison

Knut

Collection Littérature
Roman / France
272 pages / 140 x 205 mm
Prix : 21 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782366240962

Knut

Knut est « celui qui ne se rappelle jamais ». Avec pour tout bagage un livre sur Diogène et une valise bourrée de billets, il sillonne l’asphalte au volant d’une Buick rouge des années 1950. Nul ne sait d’où il vient, ni où il va. Alors pourquoi pas vers le sud ? Embarquer avec lui, c’est se cramponner à la banquette arrière au gré de ses embardées, renoncer à la géographie, accepter les dilatations convulsives du temps. La raison cède alors le pas aux obsessions : la permanence de faisceaux strabiques dans le rétroviseur, les araignées qui n’en finissent pas de tisser leur toile, les petits parapluies noirs qui éclosent à la surface du bain. Dans cette vertigineuse fuite en avant, Knut plie et déplie les reliefs voluptueux d’un monde où chaque escale est une traversée hallucinée d’îlots féminins singuliers, peuplés d’incendies, de talons aiguilles et de sucettes maléfiques. À mi-chemin entre Lynch, Magritte et Vian, la fantaisie inquiète d’Olivier Saison déroute et subjugue, avec la grâce ciselée d’une jarretière couleur chair.

À propos de Knut

« Un long roman délirant digne du meilleur Vian. Époustouflant, et décapant. »
Didier Garcia, Le Matricule des Anges

« Avec Knut, Olivier Saison réactive avec une fraîcheur jubilatoire les motifs éternels de la quête et de l’initiation amoureuse, thèmes fondateurs de la littérature depuis Don Quichotte, et nous livre un grand roman comique, sombre et épique, plein d’exubérance et d’une intelligence malicieuse. (...) Quel souffle, quelle force a ce jeune homme ! »
Francoise Xénakis, Page des Libraires

« L’art de surprendre n’est pas le moindre des talentsde ce jeune écrivain au style époustouflant, à l’univers empli du meilleur cinéma américain et mâtiné de fétichisme bunuélien. Olivier Saison prouve que la littérature a tous les droits… »
Valérie Marin La Meslée, Télérama

« Par hasard, on tombe sur un livre impossible à refermer. Une plume alerte, vivace, ironique et libre. On est plus qu’époustouflé, jaloux. »
Frédéric Beigbeder

Olivier Saison

Né à Calais en 1972 et établi près de Lyon après avoir fait ses armes sous le froid soleil d’Ardèche, Olivier Saison - à défaut d’embrasser une carrière sportive - entame des études de lettres, convaincu que c’était le meilleur moyen d’apprendre à correctement parler de soi à tous ceux qui n’en avaient rien à foutre. Armé à la fois d’une paire de jumelles et d’une loupe à effet grossissant, Olivier Saison devint journaliste. Avant de perdre et ses jumelles et sa loupe dans une nouvelle sortie de route. Par souci de coller à l’actualité, il se mit à se réinventer des compagnons de voyage. Il a ainsi publié son premier roman, Knut, à l’âge de 24 ans. Des gardes-côtes pélasgiens basés à Lampedusa l’auraient aperçu, au large, souquant ferme entre deux crêtes écumantes. On ignore vers quelles côtes il se dirige actuellement. Peut-être sont-ce celles d’une Il, ou d’un Je exotique.